Protéger l’identité de votre enfant

  • Mis en ligne par iKeepSafe

Le vol de l'identité financière  a évalué à plus de 140 millions le nombre d'enfants victimes d'usurpation d'identité chaque année aux États-Unis. Cependant, le nombre réel de victimes mineures pourrait être nettement plus élevé puisque le vol d'identité financière n'est souvent pas décelé avant qu'une demande de crédit ne soit effectuée.

Quatre grandes raisons poussent les usurpateurs à s'intéresser aux identités d'enfants :

  • Les enfants ne font pas de demande de crédit.
  • Comme les numéros de sécurité sociale des enfants sont inutilisés, il est facile de les associer à un nouveau nom et une nouvelle date de naissance. Un numéro de sécurité sociale non corrompu (sans problèmes de solvabilité) est très intéressant car il permet de créer des lignes de crédit et d'endetter des enfants.
  • Comme les enfants ne surveillent pas leur identité, l'usurpation peut rester ignorée pendant de nombreuses années. En fait, surveiller l'identité d'enfants âgés de moins de 14 ans est très compliqué ; et même après 14 ans, peu d'entre eux pensent à consulter leur historique de crédit tant qu'ils n'ont pas un emprunt à faire.
  • Avoir accès aux informations d'identité d'un enfant peut se faire par de multiples moyens.

Dans un débat lancé par la Federal Trade Commission (FTC) en 2011, « Stolen Futures: A Forum on Child Identity Theft », plusieurs statistiques alarmantes ont été présentées.

D'autres études indiquent que les enfants sont 51 fois plus visés que les adultes par le vol d'identité (Debix). De plus, les mineurs avertis d'éventuelles atteintes à leur vie privée auraient 7 fois plus de chances d'être victimes de fraude que des adultes alertés de façon similaire, selon IDAnalytics.

Deux menaces principales pèsent sur l'identité financière des enfants.

La première menace émane d'organisations criminelles qui utilisent des ordinateurs et accèdent à des informations publiques pour rechercher des numéros de sécurité sociale qui ne sont associés à aucun crédit. Vous vous demandez sûrement comment les criminels s'y prennent pour voler des numéros qui ne sont présents dans aucun système, mais là est tout l'intérêt de cette opération. Ils n'ont pas besoin de savoir quel numéro de sécurité sociale ils volent, ils doivent juste trouver des numéros qui sont légitimes et qui ne présentent pas d'antécédents en matière de crédit.

La deuxième menace émane de membres d'une même famille voulant contracter un nouvel emprunt. Ils volent l'identité de leurs enfants, nièces ou neveux, petits-enfants, ou même de leurs frères et sœurs plus jeunes, principalement pour utiliser afin de créer de nouvelles lignes de crédit. Dans les cas où les voleurs sont des membres de la famille, les enfants peuvent longuement hésiter à signaler l'incident aux autorités, même après être devenus adultes, ce qui rend l'assainissement de leur cote de solvabilité et de leur identité particulièrement difficile.

L'impact du vol d'identité sur un enfant peut varier, surtout lorsque l'enfant devient adulte. Votre enfant peut découvrir que son identité a été utilisée à des fins criminelles, et se voir refuser des demandes de crédit ou de prêts scolaires, ou rencontrer des difficultés pour louer un appartement, ouvrir un compte ou même s'abonner à un opérateur de téléphonie à son nom. Il peut également être victime du vol de son identité médicale lorsque ses dossiers médicaux sont falsifiés afin d'escroquer une caisse d'assurance maladie..

Réduisez les risques de vol de l'identité de votre enfant.

Consulter le dossier de solvabilité d'un enfant est possible pour les jeunes mais cette tâche s'avère généralement inefficace puisque l'enfant n'a pas établi de bons antécédents en matière de crédit. Selon le centre Identity Theft Resource Center, surveiller le dossier de solvabilité permet d'appréhender un voleur d'identité d'un enfant dans seulement environ 1 % des cas. Mais cela ne veut pas dire qu'il n'existe pas de mesures concrètes à prendre pour protéger votre enfant.

Veillez à ne laisser filtrer aucune information d'identité. Cette vigilance doit commencer avant même la naissance de l'enfant.

Conservez les informations concernant votre enfant dans une liste de naissance générale.

N'indiquez pas la date de naissance, le nom de l'enfant, le nom de votre hôpital ou toute autre information pouvant être utilisée pour associer les informations à votre enfant. Une fois les cadeaux de naissance reçus, fermez la liste de naissance.  Certaines sociétés ne vous faciliteront pas la tâche, mais si vous les appelez et exigez la suppression du dossier, vous devriez parvenir à vos fins. Si vous choisissez de publier un faire-part de naissance en ligne ou dans un journal, consignez-y des renseignements généraux..

Ne laissez pas les certificats de naissance ou les informations relatives à la sécurité sociale de votre enfant dans un endroit où ils peuvent être vus par d'autres personnes.

Ne gardez pas sa carte de sécurité sociale (ou la vôtre) dans votre portefeuille ou dans un sac à main, où elle peut être volée. Si vous ne possédez pas de coffre-fort, recherchez l'endroit le plus sûr pour stocker ces documents.

À mesure que votre enfant grandit et pratique un sport, s'inscrit à des clubs et à des associations, vous serez souvent invité à fournir son numéro de sécurité sociale).

Vérifiez auprès des demandeurs si fournir ces informations est strictement nécessaire et demandez-leur comment elles seront protégées, qui y aura accès, et à quel moment et de quelle façon elles seront supprimées lorsque votre enfant ne fera plus partie de l'équipe, du club ou de l'association.  Ne vous sentez pas rassuré si le demandeur souhaite connaître « uniquement » les quatre derniers chiffres du numéro de sécurité sociale de votre enfant, car il s'agit des seuls chiffres cruciaux. 

Le numéro de sécurité sociale comporte trois sections. Les trois premiers chiffres représentent l'État dans lequel le numéro a été délivré (après 1972, ils correspondent au code postal). Par exemple, toute plage située entre 001 et 003 et avant 1972 est délivrée dans le New Hampshire.

Le deuxième ensemble de chiffres du code de sécurité sociale représente un créneau spécifique pendant lequel le numéro a été généré, permettant d'identifier rapidement l'âge du destinataire légitime du numéro de sécurité sociale.

Les quatre derniers chiffres sont les seuls numéros aléatoires et, paradoxalement, ce sont ceux que l'on vous demandera de fournir le plus souvent.  Déterminez si vous pouvez utiliser une autre forme d'identification pour votre enfant dès que possible.

Aidez les adolescents à comprendre que leur maigre compte bancaire ne les met pas à l'abri du danger.

Beaucoup d'adolescents se font prendre au piège car ils pensent qu'ils n'ont pas assez d'argent sur leur compte bancaire pour être une proie intéressante. Or, si une personne souhaite vraiment voler leurs 54,13 USD, elle n'hésitera pas un instant.  Mais ce n'est pas une bonne façon d'envisager le problème. Un criminel ne va pas tant être intéressé par l'argent que votre enfant a sur son compte bancaire, mais plutôt par ce qu'il peut en faire.

Un criminel ne cherchera pas à voler de l'argent sur le compte bancaire de votre enfant car cela pourrait attirer l'attention.  Ce qui l'intéresse, c'est d'obtenir un prêt d'une valeur de 40 000 USD en usurpant l'identité de votre enfant.  Comme il est peu probable que votre enfant vérifie ses antécédents en matière de crédit, il peut s'écouler des années avant qu'il ne découvre que sa solvabilité est compromise et qu'il doit de l'argent.

Surveillez les contenus qui sont partagés en ligne à propos de votre enfant.

En général, les sites Web collectent le nom, l'âge et la date de naissance, soit des informations qui constituent un bon point de départ pour les usurpateurs d'identité en cas de piratage des données ou de diffusion par la société des informations concernant les utilisateurs. Si votre enfant indique également son lieu de naissance, les usurpateurs connaissent déjà les cinq premiers chiffres de son numéro de sécurité sociale… Et en faisant quelques petites recherches ou de l'ingénierie sociale, ils peuvent obtenir rapidement le reste des informations.

Sécurisez vos ordinateurs de bureau, ordinateurs portables et smartphones.

Si des rapports financiers, des déclarations d'impôts, etc., sont enregistrés sur votre ordinateur et que ce dernier est infecté par un programme malveillant, les criminels peuvent voler tous les renseignements personnels vous concernant et ceux de vos personnes à charge.

Gelez le dossier de solvabilité de votre enfant (s'il en existe un).

Si un dossier de solvabilité existe pour votre enfant, vous devez supposer que son identité a déjà été utilisée de manière frauduleuse. Dans ce cas, vous (le parent) ou le tuteur légal pouvez geler le dossier de solvabilité de votre enfant.  Vous devrez apporter la preuve que vous êtes le parent ou le tuteur légal de l'enfant et qu'il y a bien eu fraude.

Malheureusement, les agences d'évaluation de la solvabilité ne créent pas de dossier pour un enfant à la demande d'un parent qui souhaite geler le dossier de manière préventive. Les dossiers sont créés en fonction des informations fournies par les créanciers, par exemple les employeurs, les sociétés émettrices de cartes de crédit, les fournisseurs de prêts hypothécaires et autres prêteurs.  Si votre enfant n'a jamais travaillé, fait de demande de carte de crédit ou de prêt, ou eu son identité usurpée, il n'aura pas de dossier de solvabilité.    

Consultez le dossier de solvabilité de votre enfant chaque année.

Vous pouvez consulter le dossier de solvabilité de votre enfant gratuitement une fois par an dans une des trois principales agences d'évaluation de la solvabilité : Experian, Equifax et TransUnion.

Demandez aux législateurs et aux organismes de crédit de procéder à un petit changement dans la façon dont ils mènent leurs activités afin de réduire considérablement le vol d'identité d'enfants.

Si les organismes d'émission de crédit vérifiaient la date de naissance de la personne désireuse d'obtenir un crédit et le comparaient au numéro de sécurité sociale rapporté (rappelez-vous que les cinq premiers chiffres représentent le lieu et la date de naissance), ils détermineraient rapidement que le demandeur est un nourrisson, un enfant ou un adolescent. Cela devrait constituer un signal d'alarme les incitant à demander la fourniture de documents supplémentaires.

Il arrive qu'un adulte possède un numéro de sécurité sociale récent, par exemple lorsque des immigrants se voient délivrer un numéro de sécurité sociale ou lorsque des personnes demandent une réédition de leur numéro de sécurité sociale en raison d'un vol d'identité. Ce type de cas est facilement repérable. La grande majorité des nouveaux détenteurs de carte de crédit sont mineurs et il est peu probable qu'un bébé à qui un numéro de sécurité sociale a été délivré deux ans auparavant en ait besoin pour demander un crédit ou un prêt.

 © iKeepSafe