Les 5 questions que se posent le plus fréquemment les parents à propos du harcèlement en ligne

  • Mis en ligne par Yahoo Sécurité

1. Qu'est-ce que le harcèlement en ligne ?

Pour l'essentiel, le harcèlement en ligne est une forme d'intimidation, mais qui se passe sur Internet ou sur des téléphones ou d'autres appareils connectés. En ce qui concerne l'intimidation, la définition du terme dépend de la personne à qui vous posez la question, mais la majorité des experts sont d'accord pour dire que l'intimidation implique un harcèlement répété et certains types de rapports de force inégaux. Et, lorsque des jeunes sont touchés, cela est généralement lié à ce qui se passe à l'école avec leurs camarades. Il est essentiel de se rappeler que tout commentaire indélicat ou toute interaction déplaisante n'atteint pas forcément le degré de l'intimidation. Parfois, il s'agit simplement de ce que les enfants appellent un « drame ». Nous mentionnons ce point car certains types de comportement sont trop souvent qualifiés de « harcèlement », ce qui peut entraîner des réactions excessives ou inappropriées.

2. Quelle est la probabilité que mon enfant soit harcelé en ligne ?

 Certaines études indiquent que seulement 4,5 % des adolescents ont déjà été harcelés en ligne, mais d'autres affirment que ce chiffre atteint les 24 % (plus d'informations à ce sujet ci-après). Quoi qu'il en soit, trop d'élèves ont été victimes de harcèlement en ligne, mais il est important de noter que la majorité des élèves n'en ont jamais fait l'expérience et que la plupart n'intimident pas les autres. Nous attirons votre attention sur ce point, non pas pour minimiser un problème grave, mais pour insister sur le fait que le harcèlement ne représente pas la norme. La gentillesse (et non la cruauté) est la norme et, comme pour les autres problèmes sociaux, rapporter les faits permet d'accroître les comportements positifs et de lutter réellement contre le problème. Comme pour tout enfant, cela dépend énormément de la personne, de son groupe de camarades et du contexte. Une culture scolaire positive peut faire la différence, notamment pour les populations à risque plus élevé, telles que les élèves ayant des besoins particuliers ou les lesbiennes, les gays, les bisexuels et les transgenres (LGBT). Pour presque tous les enfants, être « sur Internet » est synonyme de réseaux sociaux, autrement dit une expérience partagée, où personne ne dispose de la totale maîtrise de ce qui se passe dans l'espace numérique. Les recherches ont révélé que le vécu émotionnel et l'environnement familial et scolaire d'un enfant permettent mieux de ples risques liés à Internet que toute technologie qu'il utilise. Traiter les autres (et soi-même !) avec respect et gentillesse permet réellement de garantir une utilisation positive des réseaux sociaux.

3. Comment savoir si mon enfant est victime de harcèlement en ligne ? 

Même si vous connaissez bien l'état émotionnel, les aptitudes sociales et les relations de votre enfant avec ses camarades (des facteurs déterminants pour le bon déroulement de son expérience sur Internet, ainsi que dans la vraie vie), demander à son enfant si lui ou l'un de ses amis est victime de harcèlement en ligne est une très bonne idée. Vous n'obtiendrez peut-être pas une réponse claire tout de suite, mais engagez de façon occasionnelle la conversation avec votre enfant pour savoir comment les choses se passent sur Internet, ainsi que dans la vraie vie. Déterminez ce qu'il sait sur le harcèlement en ligne, demandez-lui s'il connaît d'

autres enfants qui en ont été victimes, si cela représente un problème dans son école et ce qu'il ferait s'il était harcelé en ligne ou connaissait d'autres enfants l'étant. Si consulter ses messages texte ou ses applications de réseaux sociaux semble l'obséder, c'est peut-être parce qu'il s'inquiète de ce qui se dit sur lui. Il ne s'agit peut-être pas d'intimidation, mais cela peut signifier que votre enfant a besoin d'un petit coup de main supplémentaire. Le site Web StopBullying.gov du gouvernement fédéral conseille aux parents d'être à l'affût de tout signe tel que des troubles du sommeil, des cauchemars fréquents, des notes qui dégringolent, un refus d'aller à l'école, un sentiment d'impuissance ou une baisse de l'estime de soi. 

4. Quel est le meilleur moyen d'éviter que mon enfant ne soit victime de harcèlement en ligne ?

Il n'existe pas de réponse type, car l'expérience de chaque enfant sur les réseaux sociaux est unique. Si votre enfant est victime de harcèlement en ligne, en tant que cible ou spectateur, votre soutien peut grandement contribuer à limiter les répercussions sur votre enfant. Votre soutien affectueux peut être parfois synonyme d'écoute ou d'échange de points de vue, parfois de discussion autour de stratégies visant à retrouver un sentiment de maîtrise de la situation, autrement dit aider votre enfant à développer une résistance atténuant l'impact de la cruauté sur les réseaux sociaux. Cela peut paraître simpliste, mais, puisque les jeunes ne font aucune différence entre Internet et la vraie vie, les parents ne devraient pas en faire non plus. Les valeurs de respect et de gentillesse envers soi-même et les autres que vous avez été le premier à mettre en application pour donner l'exemple à votre enfant et que vous lui avez inculquées au quotidien s'appliquent également aux réseaux sociaux. Et elles auront des répercussions positives sur l'expérience de votre enfant dans l'espace numérique, ainsi que dans la vraie vie. [Si vous connaissez un enfant qui est en situation de crise, accédez à notre page Web, Resources for Youth in Crisis (ConnectSafely.org/crisis). Si le problème implique des menaces graves de violence physique, appelez les services d'urgence.]

5. Que faire si mon enfant est victime de harcèlement en ligne ?

Chaque cas de harcèlement en ligne est spécifique, tout comme les personnes impliquées. Cependant, les conseils d'ordre général s'appliquant à l'ensemble d'Internet (ne pas réagir ou riposter, bloquer le harceleur, et imprimer et conserver les preuves au cas où vous en auriez besoin) peuvent être utiles dans certains cas. Mais, la chose la plus importante à faire est de parler avec votre enfant de la situation actuelle, de l'aider à analyser les événements qui se sont déroulés, de lui demander comment il s'est senti à ce moment-là et ce qu'il compte faire pour régler le problème. Personne ne peut remédier à une situation sans la comprendre parfaitement. Il est important que vous impliquiez votre enfant dans le processus, et non que vous vous en chargiez seul, car l'objectif principal est de l'aider à renforcer sa confiance en soi, qui a dû être ébranlée, et de restaurer un sentiment de sécurité physique et/ou émotionnelle. 

Le présent article est un extrait provenant du site Connect Safely Cyberbullying Resource Center.

© Connect Safely