Conseils destinés aux enfants et adolescents sur la cyberintimidation

  • Mis en ligne par Connect Safely

Chaque cas est différent, mais il existe des conseils d'ordre général et sûrs que vous pourriez envisager de communiquer à votre enfant :

Ce n'est pas de ta faute.

Ce que les gens ont l'habitude d'appeler « intimidation » relève parfois plus de l'ordre d'une dispute entre deux personnes. Mais si quelqu'un se montre régulièrement méchant avec toi, il s'agit bien d'intimidation et tu ne dois pas te sentir coupable. Personne ne mérite d'être maltraité.

Ne réponds pas et ne riposte pas.

Parfois, une réaction de ta part est exactement ce que recherche l'intimidateur, car il pense que cela lui donne un certain ascendant sur toi. Or, tu ne souhaites pas lui en donner les moyens. Concernant la riposte, rendre la pareille à cet agresseur fait aussi de toi un intimidateur et tu peux transformer une action malveillante en une réaction en chaîne. Si tu le peux, mets-toi en retrait. Si c'est impossible, l'humour peut parfois désarmer ou détourner l'attention de l'intimidateur.

Conserve les preuves.

La seule bonne nouvelle concernant l'intimidation en ligne ou par téléphone est qu'elle peut être enregistrée, sauvegardée et montrée à quelqu'un susceptible de t'aider. Tu peux conserver ces preuves au cas où la situation dégénérerait. [Visite le site ConnectSafely.org/cyberbullying pour savoir comment effectuer une capture d'écran sur un téléphone et un ordinateur.]

Demande à la personne d'arrêter de te harceler.

C'est à toi, et à toi seul, de décider si tu souhaites le faire ou non ; ne le fais pas si tu ne te sens pas vraiment à l'aise, car tu dois expliquer clairement que tu ne toléreras plus ce comportement. Tu devras peut-être t'entraîner au préalable avec une personne en qui tu as confiance, comme un parent ou un bon copain.

Demande de l'aide, notamment si ce comportement t'affecte.

Tu mérites d'être aidé. Cherche quelqu'un qui peut t'écouter, t'aider à cerner la situation et à avancer. Il peut s'agir d'un ami, d'un parent ou peut-être d'un adulte en qui tu as confiance.

Utilise les outils technologiques disponibles.

La majorité des applications et services de réseaux sociaux te permettent de bloquer la personne en question. Rends-toi service et utilise cette possibilité, que le harcèlement s'opère via une application, des messages, des commentaires ou des photos taguées. Tu peux également signaler le problème au service. Le harcèlement ne s'arrêtera peut-être pas, mais tu n'auras pas à le subir en direct, et tu seras moins tenté de répondre. Si tu es menacé d'agression physique, tu dois appeler la police de ta ville (avec l'aide d'un parent ou d'un tuteur) et en parler éventuellement aux autorités scolaires.

Protège tes comptes.

Ne communique tes mots de passe à personne, même pas à tes meilleurs amis, qui ne seront peut-être pas toujours proches de toi, et protège le mot de passe de ton téléphone de sorte que personne ne puisse l'utiliser pour usurper ton identité. Tu trouveras des conseils sur passwords.connectsafely.org.  

Si quelqu'un que tu connais est harcelé, agis.

Rester les bras croisés peut donner un ascendant à l'intimidateur et n'est d'aucune aide. La meilleure chose à faire est d'essayer de stopper le harcèlement en prenant position. Si tu ne peux pas empêcher le harcèlement, apporte ton aide à la personne victime d'intimidation. Si la personne en question est un ami, tu peux être à son écoute et voir comment tu peux l'aider. Déterminez ensemble si vous devez signaler le harcèlement. Si vous n'êtes pas encore amis, même un petit mot gentil peut atténuer la détresse. Dans tous les cas, aidez la victime en choisissant de ne pas transférer un message malveillant et d'encourager l'individu à l'initiative du harcèlement.

© Connect Safely