Protéger l’identité de votre enfant

  • Mis en ligne par iKeepSafe

Le vol des données financières personnelles est devenu un problème qui se chiffre en plusieurs milliards de dollars, et au moins 7 % des cas signalés ciblent l’identité des enfants. On estime que plus de 140 000 enfants sont victimes d’une usurpation d’identité tous les ans aux États-Unis, selon une étude menée en 2011 par IDAnalytics mais le chiffre réel pourrait être beaucoup plus élevé, car le vol des données d’identité d’un enfant n’est souvent découvert qu’au moment où ce dernier fait une demande de crédit.

Les données d’identité des enfants sont particulièrement convoitées par les voleurs pour quatre principales raisons :

  • Les enfants ne font pas de demande de crédit.
  • Les numéros d'assurance sociale des enfants ne sont pas utilisés, ce qui permet de les combiner facilement avec un nouveau nom et une nouvelle date de naissance; l’intérêt d’un NAS vierge (sans problèmes de crédit) est qu’il permet de faire de fausses demandes de crédit et d’accumuler des dettes importantes.
  • Les enfants ne surveillent pas leurs données d’identité, donc la découverte de leur vol prend souvent des années; en fait, il est très difficile de surveiller les données d’identité d’un enfant de moins de 14 ans, et même à partir de cet âge-là, très peu de jeunes vérifient leurs antécédents en matière de crédit avant de faire leur première demande de crédit.
  • De nombreuses personnes peuvent avoir accès aux données d’identité d’un enfant, par divers moyens.

En 2011, au cours d’une discussion de la Commission fédérale américaine du commerce (FTC), « Stolen Futures: A Forum on Child Identity Theft », plusieurs statistiques inquiétantes ont été présentées.

Une autre étude révèle que les enfants sont 51 fois plus ciblés que les adultes par l’usurpation d’identité (Debix). De plus, les mineurs avertis des risques pesant sur la confidentialité de leurs renseignements sont sept fois plus susceptibles d’être victimes d’une fraude que les adultes avertis de la même manière, selon IDAnalytics.

Deux principales menaces pèsent sur les données d’identité des enfants.

La première menace provient d’organisations criminelles qui utilisent des ordinateurs et des renseignements publics pour trouver des numéros d'assurance sociale pour lesquels aucune demande de crédit n’a été effectuée. Vous vous demandez peut-être comment les criminels arrivent à voler un numéro qui ne se trouve dans aucun système, mais c’est là l’avantage.  Ils n’ont pas besoin de savoir à qui appartient le NSS volé, ils ont juste besoin d’un numéro légitime auquel aucun antécédent de crédit n’est associé.    

La seconde menace provient des membres de la famille qui veulent faire une nouvelle demande de crédit. Ils volent les données d’identité de leurs enfants, de leurs neveux ou nièces, de leurs petits-enfants ou même de leurs plus jeunes frères et sœurs, principalement afin d’obtenir un crédit pour eux-mêmes. Dans un tel cas, les enfants peuvent être très réticents à signaler l’incident aux autorités, même lorsqu’ils sont devenus adultes, ce qui rend particulièrement difficile le rétablissement de leur cote de crédit et le « nettoyage » de leur identité.

Les conséquences de l’usurpation d’identité sur un enfant peuvent varier, en particulier lorsque l’enfant devient adulte. Votre enfant pourrait découvrir que son identité a été utilisée dans des délits, et se voir refuser du crédit ou un prêt étudiant, avoir du mal à louer un appartement, à ouvrir un compte de service public ou même un compte téléphonique en son nom. Votre enfant peut également faire l’objet d’une usurpation d’identité au niveau médical, c’est-à-dire que son dossier médical peut être piraté à des fins de fraudes aux assurances.

Minimisez les risques d’usurpation de l’identité de votre enfant

Il est possible de vérifier le dossier de crédit d’un enfant, mais c’est en général inefficace puisque les enfants n’ont pas d’antécédents solides en matière de crédit.</mrk> <mrk mid="1" mtype="seg">Selon le Centre des ressources américain sur le vol d’identité (ITRC), surveiller le dossier de crédit ne permet de détecter l’usurpation d’identité d’un enfant que dans 1 % des cas.</mrk> <mrk mid="2" mtype="seg">Mais cela ne signifie pas qu’il n’y a rien que vous ne puissiez concrètement faire pour protéger votre enfant.

Ne laissez filtrer aucune donnée d’identité. Vous devez être vigilant(e) même avant la naissance.

Sur le registre de cadeaux, ne donnez que des renseignements généraux concernant votre enfant.

N’indiquez pas la date de naissance, le nom de l’enfant, votre hôpital, ni tout autre renseignement qui pourrait être associé à votre enfant.  Une fois que vous avez reçu les cadeaux pour le bébé, fermez le registre de cadeaux.  Certains établissements compliquent un peu la tâche, mais si vous appelez pour demander que le registre soit supprimé, vous devriez obtenir gain de cause. Si vous diffusez un avis de naissance en ligne ou dans un journal, ne donnez que des renseignements généraux.

Ne laissez pas les certificats de naissance ou le numéro d'assurance sociale de vos enfants à la vue de tous.

Ne conservez pas leur carte d'assurance sociale (ni la vôtre) dans votre portefeuille ou votre sac d'où elles pourraient être subtilisées. Si vous ne disposez pas d’un coffre-fort, trouvez un endroit sûr pour conserver ces documents.

En grandissant, votre enfant participera à des activités sportives ou sociales (clubs et organisations divers) et vous devrez souvent fournir son numéro d'assurance sociale (NAS).  

N’hésitez pas à demander pourquoi ce renseignement est nécessaire, comment il sera protégé, qui y aura accès, ainsi que quand et comment il sera supprimé lorsque votre enfant cessera de participer aux activités. Ne vous sentez pas rassuré(e) si la personne vous demande uniquement les quatre derniers chiffres du NSS américain, car ces chiffres sont justement les plus importants. 

Le NSS américain comprend trois parties : les trois premiers chiffres représentent l’État dans lequel le NSS a été émis (après 1972 ils représentent le code postal). Par exemple, tout NSS américain compris entre 001-003 et avant 1972 a été émis au New Hampshire.

Le second groupe de chiffres représente un intervalle de temps spécifique pendant lequel le numéro a été généré, et permet de déterminer rapidement l’âge du bénéficiaire légitime du NSS américain.

Les quatre derniers chiffres sont choisis au hasard, et ironiquement ce sont ceux que vous devrez fournir le plus souvent. Essayez de savoir autant que possible si vous pouvez utiliser une autre forme d’identification pour votre enfant.

Aidez les adolescents à comprendre que le fait qu’ils n’aient pas d’argent ne les protège pas du danger.

Beaucoup d’adolescents sont désarçonnés parce qu’ils s’imaginent qu’ils n’ont pas assez d’argent dans leur compte en banque pour intéresser quiconque; si quelqu’un voulait vraiment leur voler leurs 54,13 $, il le ferait.  Mais ce n’est pas la bonne façon de voir les choses. Ce n’est pas le montant dans le compte de votre enfant qui intéresse un criminel, mais les dettes qu’il peut lui imputer.

Il est plus intéressé à utiliser l'identité de votre enfant pour obtenir un prêt de 40 000 $. Comme il est peu probable que votre enfant vérifie ses antécédents en matière de crédit, il peut s'écouler des années avant qu’il ne découvre que sa cote de crédit est désastreuse et qu’il doit de l’argent.

Surveillez les renseignements qui sont divulgués en ligne concernant votre enfant.

Les sites Web recueillent généralement des données telles que le nom, l’âge et la date de naissance, qui peuvent être utiles aux usurpateurs d’identité si les dossiers de l’entreprise sont piratés ou si ces renseignements sont divulgués par l’entreprise. Si votre enfant indique également son lieu de naissance, les usurpateurs connaissent les cinq premiers chiffres de son NSS américain. Avec un peu de recherche ou des techniques d’ingénierie sociale, ils peuvent rapidement obtenir le reste du numéro.

Protégez vos ordinateurs de bureau et portables ainsi que vos téléphones intelligents.

Si vous conservez des dossiers financiers, des déclarations de revenus, etc. sur votre ordinateur et que celui-ci est infecté par un logiciel malveillant, les criminels peuvent voler tous vos renseignements d’identité ainsi que ceux de vos personnes à charge.

Gelez le dossier de crédit de votre enfant, s’il en existe un.

Si un tel dossier existe, il est fort probable que l’identité de votre enfant ait déjà été utilisée de façon frauduleuse. Dans ce cas, vous, parent ou tuteur légal de l’enfant, avez la possibilité de geler son dossier de crédit. Vous devrez prouver que vous êtes le parent ou le tuteur légal de l’enfant et qu’il y a eu fraude.

Malheureusement, les agences de crédit ne créeront pas de dossier pour un enfant à la demande d’un parent qui souhaite instaurer un gel préventif. Les dossiers sont créés en fonction des renseignements fournis par les créanciers (par exemple les employeurs, les établissements bancaires ou les établissements de prêts et hypothèques).  Si votre enfant n’a jamais travaillé, demandé de carte de crédit ni de prêt, et que son identité n’a pas été usurpée, il n’aura pas de dossier de crédit.

Vérifiez l’état du dossier de crédit de votre enfant tous les ans.

Vous pouvez vérifier le dossier de crédit de votre enfant gratuitement une fois par an, auprès de chacune des trois grandes agences de dossiers de crédit : Experian, Equifax et TransUnion.

Demandez à vos législateurs et aux agences de crédit de modifier légèrement leur façon de travailler, afin de réduire considérablement le risque d’usurpation d’identité des enfants.

Si les établissements émetteurs de credit vérifiaient la date de naissance de la personne qui présentent une demande de crédit et qu’ils la comparaient au numéro d'assurance ou de sécurité sociale indiqué (souvenez-vous que les cinq premiers chiffres représentent le lieu et la date de naissance des numéros américains), ils se rendraient rapidement compte que la personne faisant la demande de crédit est un enfant ou un adolescent.  Cette vérification devrait sonner l’alerte et inciter à demander des documents supplémentaires.

Il existe des cas légitimes dans lesquels un adulte peut avoir un numéro d'assurance sociale ou de sécurité sociale récent, par exemple lorsqu’il est émis pour un immigrant, ou lorsque des gens font renouveler leur numéro après une usurpation d’identité, mais ces cas sont faciles à gérer. La vaste majorité des nouveaux titulaires de carte sont mineurs, et il est très improbable qu’un bébé pour lequel un numéro a été émis il y a deux ans en ait besoin pour une demande de crédit ou d’hypothèque.

 © iKeepSafe